Ari Folman et David Polonsky ont choisi d'adapter leur film « Valse avec Bachir » en livre. Ils y ont consacré près d'une année de travail afin de réussir à construire les ponts indispensables pour passer d'un genre à l'autre. Car, comme l'explique David Polonsky dans un entretien publié à la fin de l'oeuvre, loin d'être des genres identiques, cinéma et bande dessinée s'opposent et le passage de l'un à l'autre n'est pas simple formalité technique. N'ayant pas encore vu le film, il me tardait de découvrir ce roman graphique, aux illustrations saisissantes et tellement réalistes.


Je n'ai absolument pas été déçu. Avec intelligence et réalisme, l'histoire se dessine progressivement dans un scénario remarquablement conçu. Le jeune appelé Folman était présent lors des massacres de Sabra et Chatila, au Liban en 1982. Mais sa mémoire s'est chargée d'effacer cette période noire. Et 25 ans plus tard, Folman ne se souvient plus de rien... Or, en soutenant l'un de ses amis que le traumatisme de la guerre hante, des bribes de souvenirs réapparaissent. Mais ce n'est qu'une pièce du puzzle. Il veut alors comprendre pourquoi un voile s'est posé sur son passé. Il mène son enquête et entre temps présent et passé, l'histoire se dessine, sans jamais nous perdre. Témoin de l'un des massacres les plus terribles du XXème siècle, Folman nous confie sa mémoire, pour l'Histoire et contre l'oubli. Remarquable !


J'ai hâte désormais de découvrir le film !

Tag(s) : #J'ai adoré...

Partager cet article

Repost 0