moi-jean-gabin.jpgGoliardia Sapienza a été découverte du grand public en France grâce à son monumental « L’Art de la Joie » paru chez Viviane Hamy en 2005.

Les éditions Attila choisissent de publier ses œuvres complètes. Moi, Jean Gabin est le début du chemin. On y découvre l’enfance de Goliardia dans les années 1930 à Catane en Sicile. Un père avocat ancré à gauche et une mère, intellectuelle, de gauche également, font de leur fille, un enfant espiègle, garçon manqué et en recherche d’engagement. Elle cherche à apprivoiser la liberté qu’on lui offre. En découvrant Pépé le Moko et le charisme de Jean Gabin, elle tombe sous le charme de l’acteur français. Elle s’identifie à lui et dans les rues de Catane elle se sent dans la casbah d’Alger. Toutes ses décisions son marquées par l’empreinte de Gabin. Elle est Jean Gabin. 

Loin de l’école fascisante, son éducation est confiée à son frère Ivanoé. Rebelle, effrontée mais tellement attachante la petite Sapienza est à l’image de la femme qu’elle deviendra : révoltée, engagée et tourmentée. 

Une belle autobiographie servit par une écriture originale qui parfois se laisse entrainer par la pensée. Cela pourra gêner, mais qui est à l’image de l’auteur et qui en séduira beaucoup.

 

 

Tag(s) : #J'ai aimé...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :