pouvoir-d-abdiquer.jpgAvec « le pouvoir d'abdiquer – Essai sur la déchéance volontaire », Jacques Le Brun nous conduit dans un domaine d'étude historique vierge, aux frontières de l'Histoire. Tout au moins, il prouve combien l'Histoire est une discipline imbriquée.

 

Directeur d'études à  l'École pratique des hautes études et spécialiste notamment de Fénelon, l'auteur analyse ce qui a conduit certains princes à rendre un pouvoir, qui d'ailleurs ne leur appartient pas toujours. S'appuyant sur de grandes figurent comme Dioclétien qui se retire pour cultiver, Charles Quint et l'acte christique, le Richard II de Shakespeare, Jacques II Stuart, Philippe V d'Espagne coincé entre culpabilité et devoir, ils montrent comment, à travers les siècles, le geste de l'abdication a pu être perçu : signe de lâcheté et objet de raillerie pour certains, acte héroïque et suprême pour d'autres. D'autres encore le pensent tout simplement inconcevable.


Dans une analyse complexe, Jacques le Brun traverse la discipline historique, mais également la littérature, la théologie, le droit, ou encore la psychologie. Si certains passages demandent au lecteur de s'accrocher fermement à l'ouvrage, l'ensemble est passionnant et pose de nombreuses interrogations aux répercutions actuelles. Une très belle étude pour les plus passionnés de cette (ces...) discipline !

Tag(s) : #J'ai aimé...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :