Et voilà le dernier opus qui me manquait dans la série des impressions de voyage de Guy Delisle. Après Shanghai et les Chroniques Birmanes, le dessinateur nous relate sa courte expérience en Corée du Nord, à Pyongyang. Parti pour deux mois dans le cadre de son studio de création d’animation, il découvre l’un des pays les plus fermés de la planète. Très encadré par son traducteur, il est la plus part du temps enfermé dans son hôtel et parfois autorisé à visiter quelques sites autour de la capitale, mais toujours sous le contrôle des autorités. Rares sont les contacts avec la population locale, et quand ils ont lieu, la propagande ravage tout dialogue. Heureusement, il y a les étrangers de l'hotel !

Avec son humour et ses dessins caractéristiques Guy Delisle partage son expérience et découvre le détournement des aides alimentaires, les constructions grandioses parfois inachevées, le palais des amitiés à la gloire du régime, … Dans la lignée des deux autres titres, Pyongyang est le récit d’un occidental en territoire hostile, entre anecdote et documentaire, le tout servi par des dessins agréables. Un regard qui parfois me gène, mais ne m’empêche pas quelques sourires.

Tag(s) : #J'ai aimé...

Partager cet article

Repost 0