Lorsque Chabouté - qui avait déjà fait très fort ici - dessine la mer, un phare et un bateau puis évoque la solitude, c'est un chef d'œuvre de la bande dessinée qu'il nous offre. Triste de voir les pages se succéder dangereusement, je finissais même par ralentir ma lecture pour goûter un peu plus au plaisir.

Trois hommes et un phare, voilà pour les personnages. Deux marins pêcheurs qui vont une fois par semaine ravitailler un homme dans un phare. Un homme qui n'en est jamais sorti de son phare, "bateau de granit qui ne tangue pas...". Jamais rencontré la terre ferme, jamais vu le monde. Pourtant il voyage avec son imagination pour guide... Encore un roman où il ne faut rien dire pour ne rien dévoiler tant il est bon de se faire mener par le bout du nez...

Tout en noir et blanc avec pratiquement aucun dialogue, Chabouté suggère, propose et finit par donner sa vérité une fois qu'il est certain que l'on se soit trompé de direction - et avec moi ça marche à tous les coups. La justesse des cadrages et la force des dessins rendent tout mot inutile. Chabouté sait choisir ces détails qui évoquent. A chaque page une énigme se résout : pourquoi ce « boum » régulier dans le phare ? Pourquoi ces objets alignés ? Pourquoi cette corde ? Mais quel monstre peut bien se cacher dans ce phare ?

Un roman graphique remarquable, profond, fort, puissant, sensible, humain, drôle, émouvant, paisible, ... Je continue ??? Alors courrez vite le découvrir – même les plus réfractaires à la bande dessinée – et dans chacune des cases vous trouverez un échantillon du talent de Chabouté. Et au final, un simple chef d'œuvre ! Merci Monsieur Chabouté d'avoir si bien parlé de la mer, de ses gens, de l'imaginaire et de la solitude...

Tag(s) : #J'ai adoré...

Partager cet article

Repost 0