Difficile de comprendre ce qui  s’est exactement passé ce samedi de juin dans cet hotel-bar-discothèque à quelques heures de Sidney. Un samedi qui bouleversera les vies de Mick et Jenny Buchanan les gérants, de Moll, leur chat tant adoré, de John Verdon des abattoirs, de Peter Watts qui rêve de sa première fille et d’une jeune adolescente de 15 ans. Six personnages dont les noms seront cités au procès… d’une victime. Impossible d'en dire davantage !

 

Kenneth Cook, auteur australien décédé en 1987, dans ce très court roman à la limite de la nouvelle, nous conduit au cœur de la société australienne et des excès de sa jeunesse. Il nous entraîne habilement dans les méandres de ce fait divers autour de personnages tous aussi peu sympathiques les uns que les autres. Alternant de cours extraits du procès avec le déroulement de la soirée, la vérité se dessine petit à petit devant nous, à chaque page tournée, jusqu’à la chute finale… à la toute dernière phrase. Un bonheur de lecture ! Une vérité que l’on ne voit pas venir, qui nous éclate au visage et qui finalement ne simplifie pas le jugement. Qui doit être condamné, à qui la responsabilité ?

 

Un roman particulièrement bien écrit, soufflé par Cathe – une nouvelle fois, merci à toi ;-) – qui, comme elle précise, se lit d’une traite. Un roman à lire, à conseiller et surtout à offrir. Evidemment je n’en resterai pas là avec cet auteur !

Tag(s) : #J'ai adoré...

Partager cet article

Repost 0