Delisle.jpgVoici mon deuxième voyage-BD avec Guy Delisle. Après un premier séjour à Shenzhen pour former des animateurs de dessins animés, c’est cette fois en Birmanie, c'est-à-dire au Myanmar, que le dessinateur nous conduit. Avec sa compagne, envoyée en mission par MSF ils vont vivre une année entière dans l’un des pays les plus fermés de la planète comme ont pu le montrer les récents événements. Delisle comme dans ses voyages précédents, alterne son récit d’anecdotes souvent drôles et de réflexions plus générales sur le pays ou les organisations humanitaires qu’il côtoie. Son regard un peu naïf se durcit au fur et à mesure des pages et fait de ses chroniques birmanes une BD proche du reportage journalistique. Nous suivons alors Guy Delisle dans ses multiples aventures qui vont de l’éducation de son fils, des cocktails entre expat’, en passant par les villages qu’il traverse, ses rencontres avec la population locale, ses mésaventures avec la censure du net, sa vision changeante sur l’installation très contestée de la société Total en Birmanie, ou encore son expérience de méditation...
 
Si ses dessins m’accrochent immédiatement et son humour ne me laisse pas indifférent, je reste plus mitigé sur le fond, comme pour Shenzhen, par une vision très occidentale et assez nombriliste qui personnellement me gène un peu. Mais, contrairement à « Shenzhen », cette fois Delisle a davantage pénétré la société et la culture birmanes et l’ensemble reste vraiment plaisant à lire. Les informations ne manquent pas sur le régime militaire et ses répressions. Un ouvrage qui est un point de départ pour découvrir le pays et la dictature mais qui ne se suffit pas. Un regard subjectif, un témoignage intéressant sans conteste.
Tag(s) : #J'ai aimé...

Partager cet article

Repost 0