delillo.jpgJim Finley, cineaste New-Yorkais cherche à recueillir le témoignage de Richard Elster scientifique à la retraite qui a travaillé avec le Pentagone sur la guerre d’Irak. Il souhaite en faire un film documentaire et se rend alors chez l’universitaire avare de paroles et de sentiments. S’ouvre alors un étrange huis clos, couvert de silences et de contemplations autour du temps, au milieu d’un désert propice aux confidences. Seule l’arrivée de la fille d’Elster vient perturber l’échange entre les deux hommes… jusqu’à sa disparition.

 

Voilà un roman exigeant, aux non-dits parfois perturbants, à l’histoire trouble, mais servi par une écriture remarquable. Elle nous porte tout le long d’une histoire aux clefs bien cachées. Peu importe si j’avoue avoir été déstabilisée par le fil de cette histoire, le style m’a conduit jusqu’au bout. Même si ce roman est finalement court, il risque cependant de laisser quelques lecteurs sur le bord du chemin… Il faut juste se laisser pousser un peu par l'un des grands auteurs américains contemporains !

Tag(s) : #J'ai aimé...

Partager cet article

Repost 0