otage.jpgShaltiel Feigenberg est juif. C’est pour cela qu’un groupe pro-palestinien décide de l’enlever en plein Brooklyn  en cette année 1975. Les médias internationaux s’emparent de l’affaire, puis les politiques s’en mêlent. Pour la première fois les Etats-Unis sont frappées de la sorte.


Enfermé dans une cave, il va apprendre à connaître ses deux geôliers, chercher leur humanité. Il se raccroche à ce qu’il peut. Et « ce qu’il peut »,  ce sont ses souvenirs qui lui offrent l’oxygène face aux tortures et à l’angoisse de la mort. Il se souvient donc des déportations en 1942, de ce comte allemand qui le fera jouer aux échecs et à qui il doit sa survie, abandonnant le reste de sa famille ; de la libération par l’armée rouge ; de son frère parti en URSS, … Une épreuve inhumaine qui lui feront progressivement prendre conscience qu’il manque quelque chose à sa propre vie.


Un roman fort et humain sur la séquestration. Bien sûr l’histoire n’est pas neuve : face à la peur et à la mort, les souvenirs sont les branches auxquels beaucoup d’hommes se sont accrochés. Les "moments" sont là pour se maintenir à flot. Mais l’écriture est simple, belle et les émotions passent. Elie Wiesel y évoque la Shoah bien sûr, le problème palestinien, la relation avec les bourreaux et leur jugement, la haine des extrémismes et la condamnation de la barbarie sous toutes ses formes.

Tag(s) : #J'ai aimé...

Partager cet article

Repost 0