Le tombeau de Tommy est avant tout l'histoire de Thomas Elek, Juif hongrois, très jeune membre du groupe Manouchian, fusillé à l'âge de 20 ans au Mont-Valérien. Mais c'est aussi l'histoire du film biographique que le narrateur cherche à monter avec pour principal interprète, Gabriel, jeune parisien des années 2000 qui va progressivement entrer dans la peau du personnage, jusqu'à en être happé.

 

Alain Blottière reprend donc l'histoire tragique d'un jeune résistant et parvient à l'intégrer dans une histoire présente. Entre passé et présent, il nous promène dans un roman émouvant où l'intensité du drame nous pousse vers la fin. Il est vrai qu'il est toujours simple d'émouvoir le peuple avec l'exécution de ces jeunes résistants (Guy Moquet...), décrivant leurs dernières heures, leurs derniers écrits, mais ici l'apport de l'écrivain est remarquable. Ce roman nous envahit, malgré quelques moments plus lents, et ne nous perd pas entre réalité et fiction. Il ne nous ment pas non plus, fait la part des choses et ne cherche pas à encenser. L'histoire secondaire, moins intense malgré tout, n'est pas simple prétexte à réveiller un héros. Et pour ceux qui le croirait, Alain Blottière sert par ce roman les derniers écrits de Thomas Elek : « Adieu et gardez ma mémoire dans vos cœurs et parlez quelques fois de moi à vos enfants ». Au moins juste pour cela...

 

Une belle histoire, un beau roman.

 

Un site Web autour du livre apporte les différents documents sur Thomas Elek qui ont servi à l'auteur. Une visite indispensable pour un devoir d'histoire : http://www.letombeaudetommy.net/Accueil.html

Tag(s) : #J'ai adoré...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :