la-mer-le-matin.jpgC’est la mer qui sépare Farid et Vito. La Méditerranée est entre eux, entre l’Italie et La Lybie. Vito, Italien mais dont la famille a été expulsée de Lybie par Kadhafi, veut comprendre son histoire, et retrouver ses racines. Farid est en Lybie, lui.  En pleine révolution, pris dans la tourmente, il doit fuir avec sa mère. Quitter son pays clandestinement et suivre les passeurs. 

Deux vies, deux mondes, mais un pont entre les deux qui passe par l’exil.

Margaret Mazzantini ancre son roman dans une Histoire encore brûlante et décuple ainsi la force de ces histoires qui finissent par se rejoindre. Elle rappelle que les deux rives de la Méditerranée ne sont pas si éloignées qu'on l'imagine et que tous les émigrants laissent une part d’eux-mêmes. Une part qui se transmet de générations en générations. Elle rappelle aussi qu’un être humain reste un être humain qu’elle que soit sa région d’origine… 

 

Tag(s) : #J'ai aimé...

Partager cet article

Repost 0