Jennie.jpgJennie ne connait pas son père. Pas encore… Elevée par sa mère, elle tente de se construire et de trouver sa place dans une famille recomposée avec un beau-père qu’elle n’aime pas. La succession de drames qu’elle va connaître vont la forcer à grandir plus vite qu’elle n’aurait dû. Elle va tout faire pour protéger ses demi-frères et sœurs, mais la réalité la rattrapera plus vite qu’elle ne l’imaginait. L’instinct maternel ne peut tout… Le coup est alors encore plus rude. Mais même à terre, Jennie voudra se relever, repartir de l’avant et sauver ce qui est encore possible dans cette tempête…

 

« Ce que savait Jennie » est un roman profondément humain sur l’espoir et les désillusions d’une jeune femme prise dans la tourmente. Des désillusions à la hauteur des espoirs nourris. Jennie nous entraine avec elle dans un monde noir qui ne fait pas de cadeau pour les plus fragiles. Mordillat reprend des thèmes qui lui sont chers et reste dans l’humain et le social. Les personnages sont alors comme à leur habitude dans les romans de Mordillat, attachants, par leurs fêlures et leur force à résister. Un style qui décevra peut être, mais l’histoire et sa construction ne peuvent laisser insensible…

 

Surtout ne lisez par la quatrième de couverture qui en dévoile trop. Il faut se laisser porter par l’inconnu. 

 

Tag(s) : #J'ai aimé...

Partager cet article

Repost 0