Ahlème a 24 ans et vit au quotidien dans une banlieue sud de Paris (Ivry) avec son frère, Foued âgé de 13 et donc prêt à entrer dans sa vie d’adulte avec fracas, et son père, complètement perturbé suite à un accident du travail sur un chantier. Sa mère a quant à elle été assassinée en Algérie dans les années 1990. C’est donc Alhème qui barre le navire familial comme elle le peut entre un père dépassé par les événements et un frère qu’il faut extraire du cercle vicieux de la délinquance... Et puis bien entendu, il y a sa propre vie professionnelle et sentimentale a gérer et le plus drôle est là... cela va sans dire.

 

Faïza Guène revient donc après « Kiffe, kiffe demain », sur le monde qui l’entoure - puisqu’aux dernières nouvelles elle a choisi de vivre encore chez ses parents en banlieue - avec une héroïne de 10 ans plus âgée. Elle le fait avec le même humour - et des notes pour traduire les mots arabes - un regard affûté sur ces cités de banlieues tant montrées du doigt, et sans véritable complaisance... Mais cela peut tout de même agacer, soyons honnête...

 

Ceux qui ont aimé « Kiffe, kiffe demain », aimeront sans doute celui là aussi... Avec un seul regret à mon avis : les 2 livres se ressemblent un peu trop (j’ai même réussi à me mélanger entre les deux...). J’aime personnellement qu’un auteur me fasse voyager dans les différentes planètes de son univers (c'est mon petit côté poète !)... Et là, je suis resté à terre (ok, le style n'est pas terrible...). J’attends donc le suivant, en espérant que Faïza ne s’enferme pas dans la facilité...

Tag(s) : #J'ai aimé...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :