Le 11 septembre 2001 a modifié notre regard sur le monde et bouleversé bon nombre de New-Yorkais qui ont rencontré l'horreur ce jour là. Le traumatisme à perduré, les jours et les mois qui ont suivi. Le deuil, la tristesse, la peur et jusqu'à la poussière qu'ils respiraient, tout était là pour leur rappeler ce qu'ils avaient vécu et les milliers d'innocents disparu. La littérature a commencé à s'emparer de l'événement et la bande dessinée ne pouvait y réchapper.

Stanley Middle est New Yorkais et vit avec Marion jeune écrivain et future maman, qui a rendez-vous chez son éditeur ce 11 septembre. Mais, les bureaux de la célèbre maison d'édition qui lui offre le rêve de sa vie sont dans l'une des tours jumelles...

Colin pour le scénario et Cilluffo pour les dessins, choisissent d'aborder l'attentat sous l'angle de l'après. Ils évoquent le drame (peut on faire plus ?), mais s'attardent surtout sur Stanley et les failles qui désormais le hantent. Son traumatisme le pousse au bord de la folie et il tente de s'accrocher encore un peu au monde réel quand tout s'effondre, au bras d'une jeune femme... A moins que ce ne soit un ange...

Une BD émouvante, sans conteste. Mais les dessins très schématiques et la typographie particulière n'aident pas à la compréhension de l'oeuvre et m'ont parfois perdu. Les plus hésitants au genre « BD » auront du mal à rentrer dans cet univers graphique qui les perturbera. Un univers qui pourtant colle parfaitement à l'histoire et aux troubles. La confusion, parfois voulu, m'a seulement laissé à distance d'une émotion certaine. Quelques uns l'ont élevée au rang de chef d'oeuvre... En tout cas, elle est à découvrir et je ne regrette absolument pas l'expérience.

Tag(s) : #J'ai aimé...

Partager cet article

Repost 0