putain-d-usine.jpgJean Pierre Levaray travaille dans une usine classée Seveso 2. Bourrée de produits chimiques, petite sœur de l’usine AZF de Toulouse, cette "putain d’usine" fait vivre bon nombre d’ouvriers venant y chercher de quoi vivre. L’auteur raconte alors son quotidien dans une usine qu’il s’était juré de quitter en moins d’un an. Pourtant, 30 ans après son embauche, il est toujours à son poste même si sa lettre de démission est prête. Les accidents de travail à répétition conséquence d’effectifs diminués au nom de la rentabilité, les décès de ses collègues frappés d’alcoolisme, de dépression ou tout simplement usés ne lui ont pas encore donné la force de remettre cette lettre et de partir. Un geste dur à commettre devant les réalités économiques qui guettent à la sortie de l’usine. Ce regard noir et terriblement réaliste sur la condition de ses hommes est un hommage à ces travailleurs et une dénonciation des injustices et des inégalités dans un monde de plus en plus individualiste.
 
"Putain d’usine" est l’adaptation BD du roman de Jean-Pierre Levaray – après un documentaire et une pièce de théâtre – mis en image par le dessinateur Efix. Le récit est remarquable de justesse et d’humanité. A la fin de l’ouvrage quelques pages sont consacrées à la réalisation de l’adaptation.
 
Seulement le mariage entre les talents de l'auteur et ceux de l'illustrateur a selon moi quelques fissures. Le coup de crayon très agréable d’Efix gomme – quel jeu de mot ! – la dureté de la situation décrite par Levaray. Les deux styles s’accordent mal et le graphisme adoucit des situations dramatiques ce qui a contribué à parfois m'empêcher de rentrer pleinement dans l’œuvre. Il n’en demeure pas moins que la collaboration est particulièrement touchante et que ce mariage atypique est une idée qui se respecte et a son propre charme. Je l’aurai seulement voulu moins décalé. Mais à decouvrir absolument !
Tag(s) : #J'ai adoré...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :