blesses.jpgAprès « Désert américain », roman drôle et tout simplement génial, où un homme était décapité et revenait à la vie dans une Amérique en proie aux croyances les plus loufoques, Percival Everett publie avec « Blessés », une nouvelle critique, pris en son sens le plus large,  de la société américaine.
 
John Hunt, la quarantaine, a décidé, après des études d’histoire de l’Art, de se mettre en marge du monde et d’élever des chevaux dans le grand Ouest américain, le Wyoming, contrée totalement isolée en hiver. Les choses se compliquent vraiment lorsque l’on sait que James Hunt est un cowboy Noir qui a perdu sa femme dans un accident de cheval et qu’il vit seul avec son oncle dans un pays où il restera toujours ce « cowboy noir », même pour ses amis Blancs. Sa vie se déroule paisiblement malgré tout, entourée par les chevaux, jusqu’au terrible meurtre d’un homosexuel. Les choses se compliquent un peu plus lorsque le fils de son ami lui demande de venir s’installer chez lui pour un semestre. John Hunt se trouve alors rapidement confronté à un monde où tout semble tourner à l’envers... Entouré de son oncle et de la femme qui l’aime, il devra lutter avec ses armes contre l’intolérance et l’injustice.
 
Percival Everett traite dans ce roman de sujets qui lui sont chers et qui posent problème au pays de l’Oncle Sam : le racisme, l’homosexualité, les armes, l’injustice, la nature. Les personnages principaux y sont particulièrement attachants, avec leur force et leurs failles. Dans ce roman qui m’a conquis dès les premières lignes, l’auteur décortique les rapports humains avec justesse et dénonce avec force toutes les formes de haines qui rongent l’Amérique moderne. A lire ABSOLUMENT !
Tag(s) : #J'ai adoré...

Partager cet article

Repost 0