Nasreen-mariage.jpgTasliman Nasreen est née en 1962 au Bangladesh – je sais ce n’est pas très élégant de donner l’âge d’une femme ;-) mais c’est pour la bonne cause – et a été médecin gynécologue avant de se consacrer entièrement à la littérature et d’abord à la poésie. Dès ces premiers écrits elle se lance sans retenue dans le combat contre les violences et l’oppression faites aux femmes, notamment dans son pays. C’est ce combat qui lui vaudra d’être agressée et sous le coup d’une fatwa l’obligeant à l’exil, puisque son propre pays lui a intenté un procès pour « blasphème » après la publication de « Lajja » (la honte) en 1993, où elle dénonce la persécution de la minorité hindoue par le Bangladesh. Et moi déjà je l'aime bien !
 
Avec « Scènes de mariage », on entre de plein fouet dans la condition de la femme au Bangladesh. Avec une couverture rose bonbon et le mot mariage pendu au titre on pourrait craindre - ou espérer je vous laisse choisir - un petit roman d'amour à la Bollywood. Le début vous conduit dans ce sens... Mais pas pour longtemps.
Jhumur, jeune fille cultivée et indépendante, est persuadée de faire un mariage d’amour avec Harun. Elle l’a rencontré quelques mois auparavant lors d’un concert, le revoit par la suite, et se laisse séduire par sa simplicité et sa franchise. Malgré les idées larges du père de la jeune fille, celui-ci n’aime pas la voir seule, traîner avec ce garçon et la pousse au mariage. Elle le fait par défi et avec amour. Ce mariage marquera pourtant la fin de ces années insouciantes et de liberté. Haroun qu’elle pensait ouvert et loin de toutes traditions, se révèle conservateur à l’extrême, chef de famille plus attaché à l’apparence sociale et à la religion qu’au bonheur de sa femme. Jhumur se retrouve rapidement cloîtrée, au seul service de sa belle famille, enfermée dans les tâches ménagères et le devoir conjugal, elle, dont le père l’a poussée à s’instruire pour conquérir son indépendance par le savoir. Le malheur s’abattra un peu plus sur elle lorsqu’elle tombera enceinte... trop tôt pour son mari qui la soupçonne de l’avoir trompé avant le mariage, alors qu’elle accepte toutes les humiliations par amour. Ne plus l’appeler par son prénom, aimer et vivre avec la famille de son mari, ne plus voir sa propre famille, ne plus sortir seule, porter le voile... Jhumur devra trouver alors la force de résister et prendre sa revanche contre un homme qu’elle aime malgré tout.
 
Un roman sur la perte progressive et insidieuse des libertés d’une femme accrochée à l’espoir d'une indépendance qu'elle veut retrouver, même mariée. A lire !
Tag(s) : #J'ai adoré...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :