le-violoniste.jpgUne bande dessinée à l’état brut sur les doutes d’un violoniste et sur la notion de réussite. Le jeune professeur de musique reçoit une nouvelle lettre – de son père ? - le qualifiant de raté parce que « petit professeur » sans concours, sans carrière, sans ambition, parce qu’il n’a pas « réussi ». Pourtant un enfant fasciné le regarde tous les jours par la fenêtre et les voisins viennent l’écouter jouer en passant au pied de l’immeuble. Les doutes d'un artiste qui doit trouver la force dans sa passion.
 
« Tu m’écris dans toutes tes lettres que je suis un raté. Je n’ai pas réussi ? C’est vrai. Je n’ai pas de regret. » Et l’enfant ? Il lui apprendra à jouer...
 
Un texte et un dessin en noir et blanc remarquables, réduits à leur plus simple expression. Par un coup de crayon magnifique, Gabrielle Vincent ("Nabil" et la série "Ernest et Célestine"), décédée en 2000, donne vie à ses personnages remplis d’émotion. On l’imagine dessinant à côté de nous, faisant naître les formes et les visages sous nos yeux, nous tendant la feuille achevée. Un univers comme je les aime, tout simplement.
Tag(s) : #J'ai aimé...

Partager cet article

Repost 0